Un siècle d’histoire.

 

Au départ, en 1912, il y a l’arrière-grand-père de Bernard, mon mari. Il possédait un commerce de « tartres et lies », il acheta le domaine pour sa fille qui épousa ensuite Fernand Vaquer (que j’appelle Fernand 1er puisqu’il a donné son prénom à son fils).

 

 

Fernand 1er était un fameux joueur de rugby.

Champion de France avec l’USAP, le club de Perpignan, en 1921 en tant que joueur puis encore à quatre reprises entre 1925 et 1955 en tant que dirigeant. On le surnommait « le maréchal ».

 

A partir de 1947, il a replanté le vignoble avec son fils. Actuellement, le Carignan des cuvées "Exception" et "Expression" en est encore issu...

 

Né en 1929, “Fernand II” a commencé à travailler à la propriété à l’âge de 17 ans et il n’a pas oublié la première leçon de son grand-père : “La cave doit être aussi propre que la cuisine !”

En 1968, il a été parmi les tout premiers vignerons du Roussillon à mettre son rouge en bouteilles.

 

“On cueillait les raisins entre 12 et 13°, raconte Fernand. J’assemblais le Carignan et le Grenache à la cuve, on pressurait un mois après. Le vin restait deux ans en cuve, ne voyait jamais le bois. Je faisais le vin à mon idée”.

 

Soucieux de la longue garde de ses vins, il a eu l’idée de stocker les bouteilles dans la ferme familiale de sa femme à la montagne, en Cerdagne. Aujourd’hui, nous avons encore quelques bouteilles "collection" de ces vieux vins et ils se goûtent de façon très surprenante. 


A l'époque, l'étiquette portait la mention VDQS "Roussillon dels Aspres", l'AOC Côtes-du-Roussillon n'existait pas encore...

Mais quand l'appellation Côtes-du-Roussillon Les Aspres est apparue en 2003, j'ai pris cela pour un joli clin d'œil : la cuvée "Exception" a désormais cette appellation.

 

 Avant de succéder à son père, Bernard, mon mari, est venu faire des études d'œnologie à Dijon. C'est là que nous nous sommes rencontrés en 1985.